De la Fraternité à l'Agapè

Publié le par logephenix66.over-blog.org

À La Gloire du Grand Architecte de l’Univers

 

Très Vénérable, et vous tous mes Frères en vos Grades et Qualités.

 

De la Fraternité à l’Agapè

 

 

L’initiation est ce qui va nous faire passer de la Tolérance à la Fraternité.

Dés notre initiation, le point 6 de la règle en 12 points nous rappelle le devoir de Fraternité :

« La franc-maçonnerie impose à tous ses membres le respect des opinions et croyances de chacun… Elle est ainsi un centre permanent d’union fraternelle où règnent une compréhension tolérante et une fructueuse harmonie entre des hommes qui, sans elle, seraient restés étrangers les uns aux autres. »

 

Fraternité comme Agapè sont des expressions de l’Amour, et l’Amour fait partie de la Règle : en rejoignant la franc-maçonnerie nous nous sommes engagés à appliquer la Loi d’Amour comme nous l’indique, encore, le point 3 de la Règle en 12 points :

« La franc-maçonnerie est un Ordre auquel ne peuvent appartenir que des hommes libres et respectables qui s’engagent à mettre en pratique un idéal de Paix, d’Amour et de Fraternité. »

 

Fraternité vient du latin fraternitas, où frater signifie frère : il s’agit donc d’un lien de parenté, union étroite entre des hommes. Être frère signifie avoir une même origine, une même ascendance.

Il faut bien reconnaître que l’histoire de l’humanité montre que la fraternité ne fut pas spontanée mais la nécessité de s’allier pour survivre.

Les stoïciens vont étendre cette notion à l’ensemble des hommes en passant de la philia à la philantropia : amitié étendue à l’ensemble des hommes.

Cette conception perdurera jusqu’au siècle des Lumières.

 

Le 2e  rameau de la Tradition est religieux : c’est celui qui valorise le lien entre les membres du peuple sacerdotal qui se reconnaît dans la Bible : volume de la Loi Sacrée.

 

La Fraternité maçonnique dérive de cette fraternité religieuse.

Le point 1 de la règle en 12 points le rappelle :

« La franc-maçonnerie est une fraternité initiatique qui a pour fondement la foi en D.ieu : G\A\D\L\U\ »

La Fraternité devient le moyen de l’initiation, rappelé par le V\M\ à l’ouverture des travaux au R.E.A.A. :

« Nous avons laissé nos métaux à la porte du Temple ; élevons nos cœurs en fraternité et que nos regards se tournent vers la Lumière. »

Ou bien dans un autre rituel :

« Que la Concorde, la Fraternité et la Charité guident nos pas et nos œuvres… »

 

La sagesse mise en œuvre à l’ouverture des travaux va produire la Paix à la fermeture par le désir (donc l’éros) de concorde qui est précisément l’union des cœurs et des volontés.

La Force au moyen de la fraternité (donc de la philia) va apporter la Charité (donc l’Agapè)

La Beauté au moyen de la Charité produit la joie dans les cœurs, qui est la conséquence de la béatitude.

A trois principes de réalisation ascendante (concorde, fraternité et charité) correspondent trois principes de réalisation descendante : (Paix, Charité et Joie).

 

Il s’agit bien de transmuer trois expressions du feu de l’Amour (Eros, Philia et Agapé) en expression manifestée de cet amour (Paix, Charité et Joie).

 

C’est bien ce que demande le V\M\ au néophyte lors de son initiation au REAA :

« Les flammes que vous avez traversées ont complété votre purification. Puissent celles de l’Amour de l’humanité embraser votre cœur ! Puisse la charité inspirer vos paroles et guider vos actions ! N’oubliez jamais ce précepte sublime de la morale : « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’il te fût fait ». Gravez dans votre cœur cet autre précepte : « Fais aux autres le bien que tu voudrais qu’ils te fissent ».

 

Ainsi, la Loi d’Amour montre à l’initié le chemin de sa réalisation selon trois directions :

-      Une direction verticale descendante, en lui-même, afin de faire la paix avec lui-même en mettant en action le « Connais-toi toi-même. ».

-      Une direction horizontale vers son frère : l’autre lui-même.

-      Une direction verticale ascendante en union avec son frère dans un élan commun du terrestre au céleste, du malheur à la béatitude, de l’impur à la pureté, de la matière à l’esprit, du multiple à l’Unité.

 

Alors que le monde profane donne le pouvoir de dire NON, la Franc-maçonnerie commande le pouvoir de dire OUI.

Pour cela, le F\ doit créer en lui les conditions de l’Agapè : passer de l’exotérisme de l’éros (le désir) et de la philia (fraternité) à l’ésotérisme de l’Agapè qui est l’Amour en Esprit.

 

Passer de la fraternité à l’Agapè est la voie de l’initiation puisqu’elle permet d’accéder à l’Unité du Principe.

Éros veut fusionner des différences dans la Fraternité. Agapè est tout autre, il englobe l’autre dans la même réalité.

Dès lors, les différences entre Fraternité et Agapè apparaissent flagrantes : autant l’une est montée, l’autre est descente, l’une est pleine et l’autre est vacuité.

De la réalisation du désir qu’exprime la Fraternité de combler un manque, on passe au débordement, à la surabondance.

 

De la montée vers l’UN, on passe à la descente vers l’UN.

Comment cela peut-il se faire ?

 

Si la fraternité peut, au mieux, dompter l’ego, elle ne le gomme pas. Celui-ci résiste à la montée de la conscience lumineuse qui est en nous.

L’Agapè ne se réalise que dans l’oubli de l’ego c’est-à-dire dans la vacuité qui permet à l’autre d’exister et à la lumière de jaillir.

«Pour qu’il grandisse, il faut que je diminue » disait Jean-Baptiste.

En cela, l’Agapè est l’Amour créateur car il crée les conditions de la création comme le tsimtsoum de la Kabbale où D.ieu, en se retirant, permet à sa création d’exister : ainsi furent créés les 10 sephirot et les 22 lettres de l’alphabet hébreu.

L’Agapè demande donc un sacrifice de l’ego.

 

Le terme agapè a donné le nom au banquet fraternel symbolisant la communion qui réunit les FF\ dans le prolongement de la tenue.

 

Si Éros désigne l’Amour pour l’homme charnel, philia  l’Amour pour l’homme psychique, Agapè désigne l’Amour divin, infini pour l’homme spirituel.

L’Agapè est une communion des esprits.

 

La remise en ordre recherchée par le rite Français permet de passer d’une quête de l’homme par la Fraternité, à une quête de D.ieu, G\A\D\L\U\ par l’Agapè. Elle met en marche la Loi d’Amour :

« Tu aimeras le seigneur, ton D.ieu de tout ton cœur. Tu aimeras ton prochain comme toi-même »

 

L’Agapè permet à l’homme d’accéder au monde intermédiaire par l’Égrégore.

Égrégore veut dire être éveillé.

Dans le livre d’Hénoch, le terme désigne des entités d’un caractère énigmatique qui semblent appartenir à ce que certains ésotéristes appellent le monde intermédiaire ou imaginal.

D’après Hénoch, il s’agirait d’anges de nature purement spirituelle.

Dans la terminologie actuelle, l’Égrégore est une entité collective psychique issue d’une assemblée et formée par l’addition des forces émises par les volontés en présence.

Elle est le résultat de la communion entre les influences cosmiques et telluriques d’une part, et l’énergie apportée par les hommes tendus vers le même but.

C’est par l’Égrégore que l’homme peut créer les conditions du rendez-vous avec le Principe.

A ce moment, habité par l’Agapè, il se joint et rentre en résonance avec le Principe qui est lui-même Agapè.

 

Par sa dimension principielle, Agapè donne au projet maçonnique sa dimension universelle.

La condition d’existence de l’Agapè, rappelons-le, c’est d’abord la vacuité. Faire le vide en nous et créer l’espace de l’Agapè c’est-à-dire le silence : vacuité du bruit et espace de la Parole.

Ensuite, c’est la recherche du centre où s’annulent les passions pour enfin avoir la possibilité de devenir un collaborateur du G\A\D\L\U\

Dés le premier degré, nous mesurons que faire de nouveaux progrès en Franc-maçonnerie, c’est créer les conditions de l’Agapè.

C’est-à-dire franchir la Porte (Daleth en hébreu).

Le passage de la porte impose de franchir le seuil.

 

Et nous sommes la Porte qu’il nous faut franchir pour trouver la Connaissance, La séphira Daath, qui est le résultat de ‘Hochma, la Sagesse et de Bina, l’Intelligence.

Mes FF\, loin d’être une camaraderie même fraternelle, la Franc-maçonnerie est une fraternité initiatique qui, par l’adhésion au devoir d’Amour, nous engage sur la voie de notre réalisation par la conformité au principe.

Le projet d’essence divine ne peut être réalisé matériellement mais seulement spirituellement. Ce qui compte n’est pas le but que nous n’atteindrons qu’en passant à l’Orient éternel, mais le chemin : la Voie.

 

Je formule le souhait que ce soit le nôtre mes FF\

 

J’ai dit, Très Vénérable.

 

 

 

Victor CHELLI – Mars 2008

 

 

Commenter cet article