Tenue et Rituel

Tenue et Rituel

 

Tenue et rituel sont indissociables. Le travail en Loge consiste en effet pour l’essentiel en cérémonies appelées Tenues et obéissant chacune à un rituel précis correspondant au sens dévolu à la Tenue. Par exemple, une Tenue d’initiation de profane met en œuvre le rituel d’initiation au premier grade (Apprenti) ; une Tenue d’élévation au troisième grade (Maître) est réservée aux seuls Maîtres, à l’exclusion des Apprentis et Compagnons, et obéit à un rituel propre à ce grade. Il existe aussi, entre autres, des rituels spécifiques d’installation de Vénérable (président de la Loge), de fête de Saint-Jean ou fête de la Lumière (solstices d’été et d’hiver), ou encore des rituels de Loges de table ou Agapes (banquets précédant ou suivant une Tenue particulière). Certaines différences peuvent apparaître dans un même rituel d’une Loge à l’autre, suivant le Rite pratiqué par l’autre Loge. Le Rite définit, en effet, les règles des rituels qui en dépendent et, comme il existe différents Rites en Maçonnerie, des différences apparaissent naturellement aussi dans les rituels.


La Tenue, à travers son rituel, est la condition nécessaire qui permet au Franc-maçon de vivre, ou de revivre, son initiation et d’en comprendre la portée, de poursuivre son élévation au sein du groupe maçonnique, en s’appuyant sur l’enseignement des symboles attachés aux différents rituels.


Le vécu de l’initiation engage le Franc-maçon dans une voie active qui fait de lui un spectateur et un acteur, attitude dont il prendra mieux conscience dès qu’il participera à l’initiation d’un profane. Son passage puis son élévation aux degrés supérieurs approfondiront sa perception du rôle actif dont la nécessité est inhérente à la voie initiatique. Celle-ci est en effet une succession d’impulsions, d’éveils, incitant l’initié à se découvrir lui-même dans sa totalité : Deviens ce que tu es!


La pratique rituelle consiste à participer à une Tenue avec la volonté de concentrer son attention sur les paroles qui y sont prononcées ainsi que sur les actes rituels qui y sont accomplis, en s’efforçant d’en comprendre les diverses significations. Celles-ci n’apparaîtront que progressivement, au cours des Tenues successives, chacune d’entre elles pouvant être l’occasion d’une nouvelle découverte.
Cette pratique rituelle tend à améliorer le comportement moral et social du Franc-maçon, en le rendant plus attentif aux besoins de sa vie intérieure et aux égards dus à autrui. Elle l’aide à mieux comprendre chaque être en sa vérité et à renforcer sa confiance en lui-même pour mieux apprendre à faire confiance aux autres. En même temps, elle contribue à une meilleure appréciation des limites et des contraintes de toute vie communautaire. Du point de vue intellectuel, elle rend possible la mise en perspective des divers aspects de la réalité, dont elle aide à découvrir les contradictions aussi bien que les cohérences. Elle affine le discernement et le sens critique du Franc-maçon, tout en le restituant dans la plénitude de sa condition et de sa dignité humaine. D’un point de vue spirituel, elle lui donne le sens de l’universel et du sacré en élevant son intuition à un plan supérieur.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :